Make your own free website on Tripod.com

Franchement! - Édito

L'autre jour, je suis passée devant la cafétéria; lieux publique, très apprécié pour ceux qui en profite. Un peu plus tard, vers 12:40, je suis repassé; mais je me demande si je suis vraiment passé devant la cafétéria! D'apparence, oui, c'était une cafétéria; mais quelle cafétéria!

Jusqu'à quel âge aurez-vous besoin qu'on vous dise quoi faire? Sincèrement: "Çà l'air d'une sou à cochon!"Vous savez aussi bien que moi que l'âge n'à rien à voir avec le respect; parce que croyez moi, je connais des enfants de cinq ans qui savent mieux vivre que plusieurs de nos élèves. Quoi de plus simple que de prendre un papier et de le mettre dans la poubelle! En plus de dépolluer, ce geste fait preuve de respect. Je prend pour acquis que le message ne s'adresse pas à tout le monde mais, faute de quoi, il ne faut pas s'en faire accroire! C'est écoeurant! Ça pus? Ça va dans les poubelles! Quoi de plus simple que de prendre un déchet et de le déposer joyeusement dans une poubelle!

Maintenant les toilettes! C'est de la paranoïa! Qu'est-ce qu'une toilette peut vous faire, si ce n'est; de vous aider à évacuer... Sérieusement, des graffitis? C'est une blague! Et après on chiâle et on crie parce que l'école ne peut pas repeindre en 48 heures! Allo la lune! Si on arrêtait de détruire ce qui nous entoure, peut-être que l'école pourrait investir dans des choses plus intéressante que des réparations. De plus, si vous n'avez rien de mieux à faire que de barbouiller des murs, demandez dont à votre maman de vous acheter du papier et des crayons. Peinturez-vous la fraise, (votre fraise)! Vous pourriez encore retourner en maternelle... L'art est l'art, mais l'art criminelle demeure un délit! Maude Lemelin


La réforme de l'éducation - Édito

Que nous réserve donc cette fameuse réforme annoncée dernièrement en grande pompe par le ministère de l'éducation? À mon avis, elle apportera un changement en profondeur des pratiques de chacun. Dans les anciens programmes d'étude, on visait à développer des savoirs, des savoir-être, des savoir-faire. Avec le nouveau curriculum, la notion de compétence est mise de l'avant.

Mais, qu'est-ce qu'une compétence? C'est un savoir-agir qui fait suite à l'intégration et à la mobilisation d'un ensemble de ressources (capacités, habiletés, connaissances) utilisées efficacement dans des situations similaires. On cherche donc à développer chez les élèves des compétences «d'apprenants». L'idées de développer ces compétences ne provient pas d'analogies industrielles et techniques, mais bien d'enseignants «tannés» de voir des connaissances s'évaporer le moment venu de s'en servir. Les compétences particulières à une discipline ou relativement communes à quelques-unes répondent au défi de mobiliser ses connaissances, de s'en servir dans toutes sortes de situations. C'est donc dans la perspective d'une appropriation durable et significative des connaissances que le souci des compétences s'affirme de plus en plus. Cette approche sous-entend des rapports socio-éducatifs renouvelés entre les enseignants et les élèves. Elle implique la coopération, l'écoute, l'individualisation des parcours, la réalisation de projets et suppose des tâches partagées et concoctées. Somme toute, je crois que le défi des années 2000 sera de mettre en oeuvre cette réforme qui se veut un changement en profondeur de nos croyances et de pratiques qui viendra consolider notre, déjà fort efficace, pédagogie. Marc Juneau, directeur


Les manifestations étudiantes - Édito

Négociations, moyens de pression, manifestations d'élèves, escouade anti-émeute, arrestations et suspensions... Et maintenant, quelques semaines après tout ce grabuge, où en est-on? Qu'est-ce que cela entraîne comme conséquences? Où sont les progrès? Tant d'événements se sont déroulés dans ce dossier que les élèves, plus que quiconque, en viennent à ne plus savoir quoi penser. Savent-ils vraiment ce qui ce passe ou suivent-ils la masse, convaincus que le monde entier s'allie contre eux pour le simple plaisir de les entendre se plaindre? Les questions se multiplient au rythme effréné des événements. Pour ce qui est des manifestations étudiantes des dernières semaines, je crois qu'elles ont eu leur raison d'être, pourvu qu'elles aient été effectuées dans l'ordre de manière à remplir leur mission première, soit de sensibiliser la population, de faire réagir le gouvernement sur le conflit et de démontrer le désaccord des élèves face aux moyens de pression utilisés par le syndicat des enseignants.

Certains perçoivent ces dits moyens de pression comme une occasion intempestive de la part des enseignants d'utiliser les élèves comme pions pour faire valoir leurs droits. Je ne peux malheureusement pas être totalement impartiale sur ce sujet. En effet, je suis une élève comme tout le monde; je veux un bal, un album de finissants, de la radio scolaire, des sorties, etc. On pourrait à tout le moins se compter chanceux du fait que les dits moyens de pression sont encore légaux et n'entravent en rien notre apprentissage et, pour ceux que cela concerne, nos chances d'admission au Cégep ou ailleurs. De toute façon, ces moyens de pression ont été votés et approuvés, que nous le voulions ou non.

Néanmoins et selon moi, les enseignants sont en droit de réclamer un salaire suffisant compte tenu des nombreuses heures supplémentaires qu'ils effectuent et des multiples activités parascolaires qu'ils orchestrent pour leur élèves. De plus, les conventions collectives du secteur public et parapublic sont échues depuis le 30 juin 1998. Pourtant, les faits sont là, le fait d'éliminer ces activités ne semble pas faire réagir le gouvernement outre mesure. On ne l'a pas vu se plaindre du surplus de temps que donnait les professeurs à leurs élèves, mais cela ne devait jamais affecter le montant alloué au salaire de ceux qui instruisent la génération des futurs décideurs de ce monde. C'est pourquoi nous nous trouvons maintenant dans une impasse dont les conséquences seront comprises au mieux dans quelques mois. Esther Fortin


Le sport professionnel après l'an 2000 -Édito

À l'approche du troisième millénaire, on entend parler que du «Bug» informatique, mais ce n'est pas seulement du côté des ordinateurs que les choses vont changer. Je pense entre autres au sport professionnel qui connaîtra, selon moi, des mutations d'une grande importance. Ces modifications pourront aller dans les deux sens. J'explique.

Si les salaires des joueurs continuent d'augmenter, plusieurs villes se verront dans l'obligation de vendre leurs formations à des municipalités plus riches. Si la situation continue dans cette voie, on ne nommera plus cela du sport mais plutôt une «business» ou une job.

L'envers de la médaille est que si les comités de chacune des ligues mettent finalement fin aux salaires faramineux, le sport prendra une nouvelle dimension et nous pourrons assister à des performances magistrales comme celles de Mario Lemieux, Ozzie Smith et même Maurice Richard.

Les sports deviendront enivrant comme au temps des grandes vedettes qui jouaient avec passion. Sinon l'argent dominera et seules les villes riches et capables de monayer la performance pourront se permettre une équipe professionnelle soutenue par des spectateurs riches. Dave Lafrenière


Coups de coeur-coups de masse - Édito

Coups de coeur :

Aux élèves qui ont bien voulu participer à la manifestation.
Au bon déroulement de la manifestation.
Aux policiers qui nous ont appuyés en nous accompagnant dans notre marche.
Aux organisateurs et au conseil étudiant qui ont fait un travail superbe pour que la manifestation soit un succès.
À l'ambiance de travail qu'il y dans la salle de presse.
Aux pompiers qui ont fait un travail magnifique.
Aux ventilateurs qui nous ont débarrassés de toute la fumée assez rapidement.
À la contribution de l'école pour l'achat du nouvel équipement à la salle de presse.

Coups de masse:

Aux lâcheurs qui sont retournés à la maison pendant la manifestation.
Au boycottage de nos activités parascolaires.
Au gouvernement qui ne projecte aucun changement évidents.(Ça presse!)
À l'ensemble des écoles qui ont mis le chaos avec leurs «manifestations».
Au système d'alarme qui aurait dû faire son travail lors de l'incendie.
Au feu qui a privé les Quebeckers de quelques centaines de dollars.
À l'odeur qui règne une entrée le matin.

Martin Blais


Cours de conduite de motoneige

Le Québec comporte 38 000 kilomètres de sentiers réservés aux motoneigistes rapportant 1,8 millions $ à notre économie. Chaque année, de plus en plus de Québécois se tuent en motoneige. Pour remédier à la situation, le gouvernement a pris une décision obligeant les conducteurs de motoneiges de 14 et 15 ans à suivre une formation théorique de quatre heures.

Conduipro a lancé son projet (Conduipro Neige) pour sensibiliser les jeunes à l'importance de la sécurité. Obtenu de la Fédération des clubs de motoneige du Québec, seul Conduipro a le droit de former les jeunes conducteurs et de formuler une attestation officielle à la conduite des concernés.

Objectifs généraux
Conduipro Neige a été mis sur pied afin d'élargir les connaissances des gens sur les dangers que présente la conduite de l'engin. De plus, il rend les conducteurs capables de s'adapter aux diverses situations fâcheuses en plus de les renseigner sur les vérifications à faire, les lois, les règlements...

Informations : Conduipro : 1 877 766-3443 ou www.conduipro.com

Conduipro Estrie : 569-7531

Martin Blais


Le DeskJet: enfin un peu de concurrence

Epson America domine le marché des imprimantes à jet d'encre pour Apple. Maintenant, pour la première fois depuis des années, elle aura de la concurrence.

Hewlett-Packard annonce l'arrivée du DeskJet 970C. Même s'il n'imprime qu'avec 4 couleurs, les images paraissent aussi belles que celles habillées par les modèles à 6 couleurs d'Epson. Avec leur technologie de couches de couleurs, la résolution, de 600 dpi, a l'air d'être au niveau de 1200 dpi par 2400 dpi.

En plus, le DeskJet 970C est rapide: une production en couleur à la vitesse maximale donne 10 feuilles/minute. Quand il imprime la plus haute qualité, ça ne prend que 3 minutes pour sortir une copie. En plus, ce modèle de Hewlett-Packard peut imprimer des 2 côtés en même temps, une première pour les imprimantes à bas prix!

Au moins, Epson n'aura pas à craindre un procès, comme Microsoft, puisqu'à environ 600$ canadiens, le DeskJet offre enfin un peu de concurrence à Epson. Edward Wilson-Ewing


Sacrés Américains!!

Tout le monde sais que l'argent n'a pas d'odeur, mais qui aurait pensé que les charmants billets verts de nos voisins du sud portaient des traces de cocaïne ! La preuve avait déjà été faite que plusieurs spécimènes de bactéries inoffensives se retrouvaient sur l'argent, mais, dans les villes de Miami,Chicago et Houston, une étude spéciale à prouvé que 70 % à 80 % des billets bancaires révélaient la présence de coke !!! La raison en est bien simple. Les échanges entre vendeurs et consommateur se font généralement en liquide, de main à main. Alors, la petite poudre blanche se répend partout, comme la grippe, en très infimes particules et, bien souvent, elle se retrouve sur l'argent... François Bérard


Dominic et Martin

Le Québec peut maintenant compter sur une toute nouvelle génération d'humoristes. Les Deschamps, Légaré et Moreau passent le flambeau aux Petit, Jean et Martin. Un duo d'humoristes, fraîchement sortis de l'école nationale de l'humour, nous font littéralement éclater de rire. Dominique et Martin reprennent un concept vieux comme le monde, soit celui du gros et du petit. Avec leurs dialogues courts et très "punchés" sur des thèmes comme la boxe, le ménage ou encore la réincarnation, ces deux nouveaux venus nous permettent, comme tout bon humoriste devrait le faire, de rire des autres mais surtout de soi-même. Le spectacle, divisé en plusieurs parties, nous fait parfois croire qu'il est improvisé de toute pièce: un fou rire par-ci, une réplique imprévue par-là. En bref, une prestation qui ne nous laisse pas sur notre appétit et des blagues qui deviendront sûrement des classiques. Georges Tremblay


Sportifs du mois

Badminton (sec2)
Jessica Glaude en est à sa première année en badminton. Elle a déjà remporté une victoire en double au séminaire salésien à Sherbrooke avec sa collègue Sylvie Coutu. Cette jeune joueuse de badminton évolue dans la catégorie benjamine. Jessica, cet été, s'inscrira sûrement aux compétitions d'athlétiste.

Basket-ball (sec5)
Nous avons opté pour le grand joueur de centre des Eagles, Kevin Beauregard. Il en est à sa 2e année comme joueur de basket-ball. L'été, il pratique le baseball. Ce jeune homme aime pratiquer son sport en solitaire. Il a aussi joué au badminton pendant 2 ans. Kevin rêve de faire partie des Volontaires de Sherbrooke.

Volley-ball (sec3)
Nous avons choisi Joanie Beaudin, qui en est à sa première saison en volley-ball. La jeune athlète s'entraine à son sport deux fois par semaine. Joanie pratique, durant l'été, son sport préféré : le baseball.

Basket-ball (sec1)
Nous avons sélectionné Annie Francoeur. Elle en est à sa première année de compétion au niveau benjamine. La jeune athlète pratique 2 fois par semaine et aime l'esprit d'équipe avec ses comparses. Annie joue aussi le soccer. Son équipe a subi 2 défaites en autant de match, mais elle croit que la situation va s'améliorer. David Bernier