Make your own free website on Tripod.com

Le Conseil des élèves à Ottawa

Les 16 et 17 mars derniers, le Conseil étudiant du Tournesol se rendait dans la capitale du Canada. Pour la plupart, nous en étions à notre première visite en Ontario. L'excitation remplissait l'espace autour de nous lorsque nous avons franchi la frontière. Enfin, nous nous retrouvions à Ottawa! Il se faisait déjà tard. Tous se sont couchés presqu'aussitôt...

à 7 h, le téléphone sonnait dans toutes les chambres; notre escapade allait commencer. Nous visitions tout d'abord le Parlement. L'architecture de ces lieux dont la première construction en 1867 -victime d'un incendie en ???- est tout simplement remarquable. Cette visite surprend toujours les visiteurs comme nous.

Ensuite, un bref aperçu des activités offertes et des endroits touristiques de la ville nous a été fait. Ensuite, nous devions retourner au Parlement pour l'heure du dîner en compagnie du député André Bachand. HUM!!! à quels égards nous avons eu droit!!! Le service et la nourriture de la salle à manger du Parlement sont d'une qualité qui épouse celle que l'on retrouve dans les grands restaurants. Il faut savoir que les diplomates y dînent bien souvent.

Puis, vint la période de questions à la chambre des communes. Il est intéressant d'assister à ce qui ressemble à une cour d'école du primaire. On dirait une troupe de gamins rassemblés pour déblatérer sur tout et rien, pour finalement aboutir à si peu. Ce sont les dirigeants de notre pays et les décisions importantes ne doivent pas semble-t-il être prises devant un public d'électeurs... C'est le jeu de celui qui pose la question la plus ridicule! On m'a dit que ce cirque se faisait plus sérieux selon les évènements. J'en doute plus que jamais!... Mais pour faire les nouvelles de R.D.I., tout est bon.

Finalement, avant de reprendre la direction de Windsor, nous avons visité le musée des sciences et de la technologie, un endroit si vaste qu'il faudrait bien des jours pour le parcourir entièrement. Un séjour apprécié de tous et qu'il nous plairait bien de répéter. Merci à ceux qui nous ont accompagné et particulièrement à monsieur Léger Carignan, notre valeureux chauffeur!Anne-Marie Leclerc


Rélaine Morin, stagiaire

Rélaine Morin est une ancienne stagiaire de secondaire 1 en Français. Elle a eu 23 ans le 9 avril 1999 et réside présentement à Sherbrooke.

Pendant son séjour à l'école du Tournesol, Madame Morin s'est impliquée dans notre milieu scolaire. En effet, elle était entraîneur de natation et surveillait à la piscine lors des midis. D'ailleurs, c'est son sport favori. Rélaine est restée environ 65 jours à l'école et elle m'a dit avoir apprécié ce stage. Elle avait trois groupes, les élèves de Marie-France Desrocher. Rélaine préparait les cours, les activités et corrigeait tout les travaux qu'elle entreprenait.

Madame Morin est partie à St-Hyacinthe, au collège privé Antoine-Girouard, où elle enseignera. Elle a réussi à obtenir ce poste en prenant l'initiative d'appeller le directeur de cet établissement, de lui parler et de le rencontrer. Rélaine avait très hâte de pouvoir travailler comme enseignante, de connaître d'autres jeunes très intéressants et de nouveaux milieux. Rélaine a apprit la grande nouvelle le jeudi 8 avril, sur l'heure du dîner.

Un rêve qu'elle aimerait réaliser : faire du surf et avoir un emploi à notre merveilleuse école.

Bien entendu, ce stage lui a appris à devenir une bonne enseignante, de rencontrer plein de jeunes à grosse dose d'imagination et un personnel des plus chaleureux. Madame Morin viendra faire un tour de temps en temps, pour le simple et grand plaisir, de revoir ses anciens élèves. Bonne Chance! Emmanuelle Dion


Spectacles de Musique

Vous avez tous leurs albums. Vous avez le T-shirt officiel et vous avez visité leurs sites internet au moins vingt fois. Une seule chose manque à votre bonheur : les voir enfin en spectacle et vous extasier devant eux comme l'ont fait précédemment les fans que vous avez vus des centaines de fois sur les cassettes vidéo de leurs concerts.

Pour vous aider dans votre recherche avide, j'ai obtenu quelques dates de spectacles prévus prochainement. Robbie Williams sera au Medley (Montréal) le 8 mai et Alanis Morissette se produira au Centre Molson le 15 du même mois, avec en première partie, Nancy Dumais. Les Crash Test Dummies seront également au Centre Molson à la même date. Hart Rouge se produira à la Place des Arts les 22, 28 et 29 mai, ainsi qu'à la Maison de la Culture, du 23 au 26 septembre. à Toronto, The Cranberries (Pierre Pinard irait bien les voir s'il en avait le temps) sera en spectacle au Massey Hall le 8 mai; tandis qu'April Wine se produira au Toronto Skydome le 7 octobre. Pour ceux qui ne peuvent se déplacer aussi loin, je vous suggère de surveiller les événements de l'été tels que la Tournée Bud Rock, la fête du Lac des Nations ainsi que toutes les initiatives de Produk-Action, qui vous permetteront d'assister à d'excellents spectacles de formations de chez nous et cela, à prix très modique. Esther Fortin


Sports interscolaires

Athlétisme
Nous sommes maintenant rendus au printemps et cette saison amène de nouveaux sports tel que l'athlétisme. Ce sport tente un retour puisque nous en avions déjà eu au Tournesol. Une dizaine d'athlètes tenteront de faire découvrir ce sport aux gens. Sous la gouverne de Joël Lussier, ces jeunes athlètes participeront à 3 ou 4 compétitions durant les mois de mai et juin. La troupe de Joël Lussier aura ses pratiques à raison de 2 fois par semaine. Bonne chance!

Hockey Cosom
Le hockey cosom fait également son entrée alors que l'entraîneur Luc Lacouture et ses protégés tenteront par tous les moyens de se classer pour les séries. Pour cela, ils se doivent de terminer dans les quatre premiers des six clubs. Les parties ont débuté le 20 avril au soir à raison de 2 ou 3 par semaine. De plus, l'équipe aura une pratique par semaine jusqu'à la fin mai. En tout, elle jouera de 10 à 15 parties et celles-ci seront toutes jouées au Mont Notre-Dame de Sherbrooke. Les séries se dérouleront à la fin mai. Bonne chance à vous!

Badminton
La saison terminée, les athlètes, benjamins en particulier, peuvent être fiers de leurs performances. Effectivement, quatre benjamins et un cadet ont terminé leur saison en se classant aux championnats régionaux. Du côté des benjamins, Tommy Bérubé, Simon Vigneux-Côté, Sara Durand et Benoît Raymond et du côté des cadets, seulement Joël Grégoire-Glaude s'est classé. Il est à noter que le Tournesol s'est positionné au 11e rang sur un total de 31 écoles. Félicitations à tous!

Haltérophilie
Les haltérophiles ont également bien terminé leur saison en envoyant six représentants aux championnats provinciaux. Soit Frédéric Demers, Stéphane Morin, Jean-Sébastien Vachon, Alexandre Roy, Alain Biello-Girard et André Houle. Félicitations à nos monsieurs-muscles! Dave Lafrenière


Du bouddhisme à l'islam

Vendredi le 30 avril dernier, quelque vingt-sept élèves de cinquième secondaire se rendaient à Montréal accompagnés de messieurs Claude Carrier et François Blouin. Le but de leur escapade: retrouver l'univers réel des religions étudiées en enseignement religieux et en morale.

La journée a débuté par la visite d'un temple bouddhiste. On pu remarquer que les offrandes s'y trouvaient en grand nombre. Des statues aussi gigantesques que différentes tenaient une place de choix dans le temple.

L'autobus s'arraitait à un ''restaurant'', où nous fut servi un dîner (type kosher), attenant à ce qui tenait lieu de synagogue (la véritable étant en rénovations). Un juif expliqua alors la religion juive et sa façon de voir la société et la mission des humains. Ces idées nous ont parfois fait réagir, car les jeunes présents étaient plus ouverts aux différences.

La visite de la Basilique Notre-Dame en émerveilla plus d'un. Il est incroyable de constater tant de richesses en un même lieu. Plus tard, un souper dans un restaurant italien nous fut servi avant la visite d'une église… italienne, c'est-à-dire très relevée en décorations.

Pour terminer la soirée, une halte dans une mosquée où un musulman expliqua le pourquoi de sa présence dans cette religion, répondit aux questions des plus curieux et pria d'une façon qui en surprit plus d'un (en chantant dans une langue qui nous était inconnue). Le groupe pu méditer avant de se repartir vers Windsor…

Bref, cette journée a permit d'ouvrir des horizons et de diminuer nos préjugés de méconnaissance du sujet en matière de différences religieuses. Merci aux instigateurs de ce projet qui nous ont fait découvrir davantage le bouddhisme, le judaïsme ainsi que l'islamisme. Maryève Charland-Lallier


Ionesco au Tournesol

En attendant le 5e anniversaire de l'Expo-Tournesol, quatre courtes pièces étaient présentées par la troupe de théâtre du Tournesol les 11 et 12 mai derniers. L'auteur, Eugène Ionesco, perçu comme un avant-gardiste à son époque, a réussi à traverser le temps et à conserver une certaine verdeur. Son théâtre demeure pour un public averti. Pas de petites risettes idiotes ou de tapage de pied inutiles; le théâtre de Ionesco s'adresse à des pensants, ce qui élimine le public qui recherche un divertissement genre boulevard.

Le Tournesol a fait sa marque et sa réputation grâce en partie à ses options culturelles et technologiques au cours des derniers cinq ans. Le théâtre et l'Expo-Tournesol sont une de ces manifestations. Cette année, le défi était de taille car éric Letendre se retrouvait à la barre des classes de théâtre pour la première année. Bravo! Tout indique que le défi a été relevé par lui et ses équipes. Nous souhaitons bonne chance également à Benoît Champigny qui vit, à l'heure où le Baladeur est sous presses, sa première expérience de producteur théâtral avec son équipe. Maryève Charland-Lallier


Un grand designer; l'histoire de Versace

Gianni Versace de son véritable nom prit vie dans la région de Reggio Calabria le 2 décembre 1946. à l'âge de 25 ans, l'homme s'intéressa davantage au monde de la mode et s'installa à Milan. C'est le 28 mars 1978 qu'il présenta sa toute première collection pour femme. Quatre années passèrent avant que son talent soit véritablement récompensé avec le premier prix du meilleur designer avec sa collection printemps-été 1982-83. Par la suite, les honneurs et la réputation du grand designer ne fit que grandir. Il sortit sa propre fragrance et confectionna des vêtements pour plusieurs personnes célèbres, événements particuliers et des costumes pour quelques films. Tout comme Dior ou Dormeuil et même Lanvin. Il a réinventé l'esprit du costume. Pour les hommes comme pour les femmes, Versace a créé des vêtements qui distinguent sans éclabousser. Il avait même pris soin de mettre en vente un ligne ''V2'' plus accessible à la clientèle. (Veston 1100 $ au lieu de 2900 $). Gianni Versace eut une fin tragique; il s'éteint en juillet 1997. Versace fut retrouver sans vie dans sa demeure de Miami. Le grand créateur avait été assassiné. Donatella, sa soeur, a pris la relève. Caroline Jacques


Viol : provocation?

Un mal qui jusqu'ici a toujours été caché tend de plus en plus à être étalé sur la place publique. Vous connaissez probablement une personne en ayant déjà été victime; le viol ne fait pas de différence entre les classes sociales de ses victimes.

On accuse souvent injustement les victimes d'avoir provoqué l'agresseur. Il est déplorable d'entendre des répliques du genre ''elle avait une jupe bien trop courte'' ou bien ''elle est montée à la chambre, elle ne doit pas se plaindre d'avoir été agressée''. Le viol ne se mérite pas et ne s'attire surtout pas. Même s'il peut y avoir eu quelconque relation entre l'agresseur et la victime avant l'acte forcé, dès que le refus est exprimé, le coupable est l'agresseur. Bien sûr, les exemples que j'ai amenés présentaient des cas où la victime était une femme, mais vous admettrez que nous entendons beaucoup moins parlerd'un homme jouant le rôle de la victime. Certes c'est possible, mais à mon avis, c'est moins fréquent. Mais de toute façon, le débat ne se base pas sur le sexe du coupable. On a ici à faire avec un acte d'abus de pouvoir.

Les gens ne s'imaginent pas, je crois, la vitesse avec laquelle tout cela peut se dérouler. Il est quelquefois tellement inattendu qu'un tel acte soit commis envers soi, que l'émotion de surprise prend le contrôle -pour le harcèlement, nous avons également à faire au même procédé-. Ainsi, les réflexes peuvent être tout autres que ceux accomplis en temps normal.

Bref, les gens auront beau tenter d'incriminer les victimes mêmes de cet acte ignoble -la justice a ses failles- les agresseurs resteront toujours les seuls responsables de ce geste. Et même s'il est moins tabou qu'avant de parler du viol, les victimes silencieuses sont encore trop nombreuses… Maryève Charland-Lallier


Bal des finissants

Un projet qui se concrétise
Le comité du bal travaille en ce moment à l'organisation d'une parade de mode, en coopération avec la boutique Bo-Jeans. Les finissants, eux, s'affairent à trouver leurs robes ou leurs habits, mais selon les dires, plusieurs en sont rendus à l'agencement des chaussures, aux bijoux et aux coiffures. Quant à l'album, il se concrétise présentement à l'imprimerie et devrait faire son apparition à la fin du mois de mai. Enfin, le coût des billets semble maintenant fixé à 30$ le billet.

Un dernier effort pour le financement
La campagne des chocolats de Pâques s'étant avérée moins fructueuse que prévu, un dernier effort nous est sollicité. Il s'agit en fait d'une vente de pain sur commande. Nous sommes cette fois-ci assurés d'un minimum de profit puisque chaque finissant a l'obligation de vendre au moins 4 pains. Les commandes partiront le 7 mai et seront livrées ici-même le 14 mai. Cette campagne a beaucoup rapporté dans les années passées, alors espérons qu'il en soit de même cette année. Plus clairement, graillez-vous d'un charmant sourire et faite le tour ultime de vos tantes et de vos oncles!

Sortez vos portes-feuilles!
Un sondage effectué par Claude Carrier, dans le cadre du volet pauvreté en Enseignement Religieux, prévoyait cette année une moyenne de 500$ par finissants. Ce coût inclut billets, albums, photos, bagues, vêtements, coiffeurs, transport, de même que tout ce que peut comporter l'après-bal: boisson, nourriture, hôtel, cigarettes, etc. Les dépenses du comité ont même été calculées: salle, orchestre, décoration, prix de présence, cadeaux et surveillance. Un portrait bien réaliste des extravagances que peut entraîner une soirée comme celle-ci. Cependant, d'après nos sources, plusieurs auraient déjà dépassé le montant prévu lors de ce sondage avec à peine la moitié des dépenses de réalisées. Par chance que certains ont papa et maman pour les couvrir...Vicky Pépin


Entrevue avec Jean Airoldi

Votre passion pour la mode s'est-elle développée très tôt? Oui, cela a débuté vers l'âge de 9 ans.

A la polyvalente comment s'introduisait cet intérêt? Premièrement, j'ai commencé à confectionner la collection de Walt Disney en toutous. Après je me suis amusé à faire quelques vêtements.

êtes-vous autodidacte ou vous avez étudié dans une école de mode? J'ai fini mon secondaire 5 et après j'ai entrepris un dep au 24 juin.Cela m'a pris un bon deux ans.

Vous êtes-vous déjà confectionné des vêtements? Oui, au début je me suis fait une paire de pantalons de cuir , mais je ne me suis pas fait beaucoup de vêtements.

Pourquoi vous êtes-vous dirigé vers la mode féminine? Parce qu'il a beaucoup plus de choix et d'originalité pour les femmes.

Au début de votre carrière et encore aujourd'hui, vous vous êtes démarqué par vos thématiques différentes à chaques saisons, par exemple les bébés, les phoques, les rubans à mesurer, pourquoi avoir choisi cette façon de faire? Pour me démarquer des autres et il y a un coté enfant de moi qui en ressort.

De nombreuses personnalités publiques dont Marie-Soleil Tougas, Patricia Paquin, Nathalie Simard ont adopté vos vêtements, croyez-vous que cela est un facteur important au succès de votre griffe? Oui,ça me donne beaucoup de revues de presse. Surtout le fait que les gens connaissent et reconnaissent ma griffe.

êtes-vous le seul designer ou êtes-vous entouré d'une équipe qui dessine avec vous? Oui, évidemment, je suis le seul qui les crées .

Jusqu'à quel point le choix des tissus est-il important lors de l'élaboration d'une collection? C'est tellement important qui faut que j'achète mes tissus avant de commencer mes modèles. Pour choisir mes étoffe, il faut que j'assiste au show de tissus à Paris.

Est-ce difficile de songer à la collection printemps été, lorsque nous avons les deux pieds dans la neige? Non, car j'aime énormément la chaleur et la plupart du temps, je vais en vacances avant de commencer. Je suis déjà rendu à l'été la plupart du temps quand je fais la collection.Puisque je n'aime pas énormément l'hiver.

Votre famille entre votre mère et je crois même votre grand-mère semble collaborer avec vous, était-ce un aspect très important de façon très étroite lorsque vous avez décidé de vous lancer en affaires? Oui, car seul ça ne fonctionne pas sa demande beaucoup trop de travail et deuxièmement il a plus de force et de contacts à plusieurs. Ma soeur au début ma aider extrêmement pour le contacte et après, ma mère, qui s'occupe de mon entrepôt à Windsor, ma grand-mère et mon frère.Ma famille, il y avait des talents en couture.

Votre atelier de confection est situé à Windsor, pourquoi avoir décidé de demeurer dans votre région natale? Pour moi c'est très important d'être dans ce coins pour créer et les frais sont beaucoup moins dispendieux que partout ailleur.Puis ici , j'ai ma mère et mon équipe pour faire le travail.

Vous remportez pour la troisième fois la griffe d'or du désigner féminin, qu'est-ce que cette reconnaissance signifie pour vous? C'est très important pour moi, ça m'aide à continuer mon chemin, je me sens apprécier et c'est très bon pour mon nom.

Il y a quelque temps, vous avez ouvert une boutique à Montréal, quels sont vos projets à moyen et à long termeProbablement une à Québec, ainsi qu'une à Toronto

Envisagez-vous une percée sur le marché international? Oui, toujours, j'ai déjà commencé un petit départ vers New York.

Quel est votre vêtement fétiche? Ma chemise à nuages, j'adore les vêtements à nuages.

Votre matière favorite? Créer et animer

Une tendance que vous ne suivrez jamais? Je n'aime pas quand c'est trop chargé exemple ''arbre de noël'' qu'il dit.

Votre saison favorite?L'été

La matière du future?Selon moi, c'est le lin, même si c'est la plus vieille fibre. Je crois que je vais être très futuriste.

En terminant, quels conseils donneriez-vous aux jeunes de 16-17 ans qui s'intéressent à la mode, mais n'ont pas toujours l'argent pour s'offrir des vêtements de designer? Je leur conseille d'économiser ou de regarder les soldes ou de s'en confectionner. Amélya Néron